Publié le 6 février 2012 | par Comité STAT

Le ministre Lean

Distribué le 6 février 2012 à l’hôpital de Verdun

Aujourd’hui, le très occupé ministre Bolduc nous fait l’honneur de sa présence. Pourquoi? Parce que le modèle Lean sera bientôt implanté dans l’hôpital, comme un peu partout dans les établissements de santé du Québec. On nous demande d’être courtois à l’égard du ministre, mais n’oublions pas ce qu’il a révélé récemment de la véritable philosophie du Lean ;

“Lorsqu’on a entre 10 et 15 % de pénurie, quel que soit le secteur, la main-d’œuvre qui est là est capable de compenser. C’est un réseau où les gens sont des gens de coeur. ”

Image extraite de la première édition du journal Condition Critique.

Ces paroles en avaient indigné plus d’un le printemps dernier. Exiger qu’on en fasse plus dans le contexte actuel, alors que nous sommes déjà saignés à blanc, relève de l’insulte. Avec l’implantation massive du Lean, on comprend qu’il ne s’agissait pas de paroles en l’air, mais d’un plan. Le ministre s’apprête à tester les limites de nos capacités cardio-vasculaires apparemment surhumaines. Il nous prescrit le Lean, “ sans gras ” en anglais, un modèle de gestion tout droit sorti des usines Toyota, réputées pour leur productivité… et leurs conditions de travail inhumaines.

Le Lean arrive et les travailleurs et travailleuses n’ont pratiquement aucune information. Le syndicat local FIQ, tenu à l’écart des décisions, se dit prêt à collaborer. Or, il se montre incapable d’expliquer ce qu’est le Lean, l’impact qu’il aura sur notre travail et comment il a été implanté ailleurs. Il attend tranquillement que la centrale FIQ et la firme privée Fujitsu lui donnent des formations sur le sujet.

Devant l’urgence de la situation, nous prenons aujourd’hui l’initiative de distribuer ce texte accompagné d’un document critique produit par la centrale FIQ. Celui-ci constitue une excellente introduction au Lean et il détaille bien l’impact négatif de ce modèle, autant sur notre travail que sur la qualité des soins. Sa lecture est pertinente pour tous les travailleurs, syndiqués ou non à la FIQ, puisque nous serons tous affectés par les changements. Nous restons cependant insatisfaits de la perspective syndicale défendue à la fin du document, axée essentiellement sur le monopole de la représentation syndicale. La FIQ ne propose aucun processus démocratique grâce auquel les travailleurs concernés pourraient délibérer entre eux et avoir la possibilité de refuser le modèle Lean.

Non, assurément, notre système de santé ne contient pas assez de gras pour pouvoir subir une liposuccion organisationnelle.

Comité STAT

Quelques informations supplémentaires:

L’arrivée du Lean a été annoncée par la direction début novembre 2011. La première vague d’implantation touchera 5 secteurs de l’hôpital: imagerie médicale, urgence, salle d’op, cliniques externes et l’unité de cardiologie. Cependant, il s’agit en fait d’un projet de 3 ans qui touchera 10 secteurs dans tout le CSSS. C’est la firme privée Fujitsu, choisie par le ministre Bolduc, qui sera en charge d’observer le travail sur le plancher et de proposer des changements.

Commentaires

commentaires

Tags: , , , ,

A propos de l'auteur


Laisser un commentaire

Retour en haut ↑