Publié le 15 novembre 2010 | par Comité STAT

Novembre 2010: Réponse des exécutifs locaux CSN et FIQ du CSSS Sud-Ouest Verdun au Comité de mobilisation Verdun

«Le syndicat des professionnelles de la santé du Sud-Ouest Verdun informe ses membres qu’il ne s’associe pas au mouvement  »mobilisation Verdun », mouvement qui n’est pas reconnu dans l’unité d’accréditation.»

Sur les babillards syndicaux de la FIQ de l’hôpital de Verdun, on trouvait il y a quelques temps ce bref message signé du comité de communication. C’est la peur du maraudage syndical qui y est exprimé. Le maraudage est l’action d’un syndicat qui tente de ravir des membres à un autre syndicat. C’est une pratique plus que courante, encadrée par le code du travail qui détermine les périodes de maraudage.Dès lors, tout mélange de membres de différents syndicats est perçu par ces derniers comme une menace. C’est en partie pourquoi il n’y a pas de réelle solidarité lors d’un front commun syndical.

Le journal destiné aux membres CSN du CSSS Sud-Ouest Verdun est paru dernièrement et traite plus longuement du comité de mobilisation Verdun. Il a le mérite d’identifier clairement plusieurs problèmes du syndicalisme et l’incapacité des syndicats à y remédier. Vous pouvez vous procurer ce journal au bureau de l’exécutif. Il se trouve parfois aussi dans les cuisinettes des unités.

Voici le texte:

ATTENTION AU COMITÉ MOBILISATION VERDUN

«Depuis le printemps dernier, un groupe de pression et d’information s’est mis en place et porte le nom de ‘Comité de mobilisation Verdun’ (CMV) et agit principalement à l’Hôpital de Verdun. La première action du CMV fut la distribution d’un tract appelant les travailleurs de CSSS à prendre conscience que les offres déposées à l’époque par le gouvernement libéral de Jean Charest étaient inacceptables et constituaient sur tous les fronts des reculs, informations qui avaient déjà été véhiculées par le comité d’information du syndicat CSN du CSSS Sud-Ouest Verdun. Puis le CMV à lancé un appel à un rassemblement des travailleurs de l’Hôpital de Verdun pour discuter des problèmes à l’interne et des moyens de pression à prendre pour rétablir les choses, alors que légalement seul le syndicat CSN peut faire ce genre de rassemblement à l’intérieur du CSSS et encore plus proposer des moyens de pression. Puis cet automne le CMV est revenu à la charge en sortant un tract proposant de rejeter les dernières offres patronales, offres qui ont été acceptées par les travailleurs CSN du CSSS Sud-Ouest Verdun. De plus le CMV ne s’est pas gêné pour prêter des intentions à l’Exécutif et de déformer les propos tenus par des membres de l’Exécutif, semant ainsi la confusion parmi les travailleurs.

Il est important de rétablir les faits suivants : selon les lois du travail, seul le syndicat CSN représente les travailleurs et il est le seul interlocuteur que l’Employeur écoutera. De plus seuls les moyens de pression décidés par le syndicat CSN sont légaux et offrent une certaine immunité aux employés. Bien sur la structure du syndicat n’est pas parfaite, elle peut parfois démontrer une certaine lourdeur et une certaine lenteur dans l’action mais nous devons travailler dans les limites qui nous sont imposées par notre employeur qui est en bout de ligne le gouvernement du Québec et qui fait justement les lois. Il est clair que l’Exécutif est ouvert aux discussions et aux points de vue qui lui sont directement proposés et qu’il se doit d’agir afin de protéger les travailleurs d’informations déformées ou mensongères. De plus, l’Exécutif offre une transparence qui fait grandement défaut au CMV; en effet, nulle part sur le site Internet les membres du CMV disent clairement qui ils sont. Quoi de plus facile alors de dire n’importe quoi alors que l’imputabilité est ainsi éliminée de tout contexte ? Donc assurez-vous de toujours valider les informations concernant votre travail auprès des délégués ou des membres de l’Exécutif.»

Commentaires

commentaires

Tags: , , ,

A propos de l'auteur


Laisser un commentaire

Retour en haut ↑